David Vincent
     Le solitaire       La quète sans fin         Preuves               Sa famille           Les témoins


Reconstitution graphique (Le rideau de lierre) © serielesenvahisseurs.fr
 

David Vincent est né le 2 Octobre 1934 ainsi que son permis de conduire le prouve, tel qu'il apparaît dans l'épisode Le rideau de lierre (The ivy curtains).

Ce permis a été établi le 2 Octobre 1966 bien que l'âge de David à l'époque (31 ans) ajouté à son année de naissance donne 1965.

Il demeure en Californie, à Santa Barbara, au 4022, Laguna Street.

Il n'est pas marié.

Il pèse 77 Kg pour 1,80 m environ.



David Vincent
 David Vincent est un célibataire d'une trentaine d'années, de belle stature, brun, yeux bleus au regard un peu perdu mais dans lequel on perçoit une accuité très affutée. Cet homme simple possède un caractère particulier : il est très prompt à prendre une décision et fait preuve d'un vivacité d'esprit toujours en alerte.
D'une voix toujours à peu près égale, peu enclin à sourire ou à crier, posant sur les évènements un contrôle de lui-même affirmé, David Vincent laisse le sentiment qu'il a vécu de terribles évènements qui résonnent encore douloureusement dans sa mémoire.
Mais qu'en est-il exactement ? Nous ne le saurons jamais. C'est en de rares occasions que l'on apprendra des bribes d'informations sur son passé et son présent. Son rêve est d'établir les plans complets d'une ville et bien sur de la voir réalisée.
Il a fait la guerre de Corée avec son ami Charlie Gilman, qu'il a aidé dans ces sombres moments (voir Le procès). David Vincent fume assez peu, souvent pour combler de longs moments d'attente.

Quel métier exerce-t-il ? Celui d'architecte. Ce qui dénote une culture certaine de son personnage, une aptitude à raisonner rapidement, à comprendre vite et agir en conséquence.

Ce métier permet aussi à David Vincent de voyager partout à sa guise, ce qui lui laisse une autonomie d'action non négligeable dont il usera fréquement.


Son bureau d'architecte (La capture)

Son bureau d'architecte (La capture)

Extrait de Contre-attaque